Economisez l'eau, ressource précieuse !arrossoir

Les systèmes de récupération d’eau de pluie ont le vent en poupe, car ils permettent de réaliser des économies substantielles tout en respectant la planète.

Le prix de l’eau a augmenté plus vite que l’inflation entre 2011 et 2014 dans 112 grandes villes françaises* : une augmentation moyenne de 6,3 % par an, contre 4 % pour l’inflation.
* Étude 60 millions de consommateurs - mars 2015.

Chiffres clés :

  • 150 L d’eau potable par jour – consommation moyenne par Français.
  • 500 € - budget moyen annuel d’eau d’une famille de quatre personnes.

 

POUR LES MAISONS, IL EST POSSIBLE DE RÉDUIRE LA FACTURE

Récupérer l’eau de pluie pour l’arrosage du jardin, le lavage du mobilier de jardin, de la voiture, etc., est une solution simple et économique, courante dans le passé, et qui revient en force. Avec une toiture de 100 m², un système de récupération vous permet de capter de 60 à 80 m3.

LE SAVIEZ-VOUS ? L’eau de pluie est naturellement douce et ne contient pas de chlore. Elle est d’excellente qualité, non calcaire et tempérée, idéale pour l’arrosage de vos plantes.

NOTRE CONSEIL : Vous pouvez aussi alimenter lave-linge et toilettes. Il suffit de créer un système d’alimentation spécifique à partir de votre eau de pluie.

 

COMMENT ÇA MARCHE ?

Facile à installer, le système capte l’eau via la toiture. Sur chaque pente, une dérivation achemine l’eau vers les gouttières, équipées de crapaudines pour éviter le passage de déchets. L’eau de pluie arrive ensuite par un système de filtration différent selon l’utilisation finale (arrosages, lavages ou sanitaires), puis elle est stockée dans une cuve (enterrée ou non) et distribuée grâce à une pompe.

A RETENIR :

Pour alimenter des sanitaires ou un lave-linge, le circuit de distribution est équipé d’une pompe, d’une filtration spécifique et d’un disconnecteur pour que les eaux de pluie ne se mélangent pas au réseau d’eau potable.

NOTRE CONSEIL : 

Il existe des centrales automatisées, très efficaces, qui gèrent l’ensemble du dispositif et basculent sur le réseau d’eau de ville si la cuve est vide.

 

BIEN CHOISIR VOTRE CUVE

  • Cuves synthétiques : elles sont légères, résistantes, stables, faciles à installer et à entretenir, mais leur volume est limité. La solution : monter plusieurs cuves en série. Pensez à vider la cuve hors sol avant l’hiver, et donc prévoir une évacuation directe des eaux de pluie pour cette période.
  • Cuves en béton : elles sont en règle générale enterrées et, pesant plusieurs tonnes, nécessitent l’intervention; d’un professionnel. Leur avantage : le béton adoucit l’eau de pluie en contrant son acidité naturelle (ph proche de la neutralité), ce qui préserve à la fois la cuve et les canalisations.

NOTRE CONSEIL : Pour déterminer le volume de votre cuve, il faut prendre en compte la pluviométrie de votre région (www.meteofrance.com), la surface de captage disponible, votre consommation d’eau et l’utilisation prévue de l’eau captée.

 

LES MODALITÉS D’UTILISATION DE L’EAU DE PLUIE
arrêté du 21 août 2008, publié au jo n°0201 du 29 août 2008.

Avant d’installer un dispositif de récupération d’eau, vous devez faire une déclaration à votre mairie, qui transmet votre demande à la DDASS départementale. Important : pour un usage sanitaire de l’eau récupérée (toilettes, lave-linge…), votre installation doit répondre à certaines normes.

  • Séparer et identifier les deux réseaux : à l’intérieur, les canalisations de distribution d’eau de pluie doivent indiquer « eau non potable ». De même, le réseau « eau de ville » doit être repéré.
  • Installer certains équipements de sécurité (une filtration et un disconnecteur notamment), et faire établir une fiche de conformité par un spécialiste.
  • Réaliser un entretien régulier de l’installation (obligatoire).

NOTRE CONSEIL :  Certaines communes subventionnent l’installation de cuve de récupération d’eau de pluie. Prenez contact avec votre département et votre mairie.

 

LA FILTRATION POUR UNE UTILISATION SANITAIRE

Afin d’éviter tout risque de prolifération des micro-organismes, parasites et insectes, vous devez installer un système de filtration complet :

  • L’osmoseur : solution la plus efficace, il élimine 99 % des bactéries, virus et éléments nocifs (polluants inorganiques, amiantes, chrome, cuivre, nitrates, sels…) en faisant passer l’eau à forte pression à travers une membrane qui retient les impuretés. Son coût est plus élevé que les autres systèmes de filtration et il devra être contrôlé régulièrement par un professionnel.
  • Le stérilisateur UV : peu coûteux, très facile à installer sur une canalisation, il est moins efficace que l’osmoseur car il élimine uniquement les bactéries contenues dans l’eau (microbes, virus, algues, moisissures).
  • Le filtre à céramique : s’installant sur l’arrivée d’eau du robinet à traiter, il est composé d’un pré-filtre à changer tous les ans, d’un filtre céramique d’une porosité inférieure à 1 μ et d’un filtre à charbon actif.
  • Le filtre à charbon actif : surtout destiné à éliminer les mauvaises odeurs, il débarrasse toutefois l’eau de certains polluants (pesticides et hydrocarbures notamment). Les cartouches du filtre doivent être changées régulièrement.

A RETENIR : 

  • Récupérer les eaux de pluie permet de recycler une ressource précieuse, et de réaliser des économies : pour une toiture de 100 m², entre 60 et 80 m3 récupérés chaque année.
  • En fonction du système choisi et du niveau de filtration, il sera possible d’utiliser l’eau collectée pour un usage extérieur (arrosage, nettoyage…) et/ou intérieur (alimentation des sanitaires, lavage du linge…).
  • Nos professionnels sont de bon conseil… N’hésitez pas à les solliciter !
    arroser